En cliquant sur "Autoriser", vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser l'utilisation du site et de soutenir nos efforts de marketing. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre protection des données.

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

Le cancer du poumon, également appelé carcinome du poumon, est une tumeur maligne dans les poumons.

Les termes cancer du poumon, carcinome du poumon et carcinome bronchique sont synonymes de tumeurs malignes des poumons. Les carcinomes sont tous les types de cancer qui se forment dans les cellules épithéliales. Ceux-ci comprennent la peau, les muqueuses, les glandes, les couches externes des organes et les tissus à l’intérieur du corps.

Les sarcomes, les leucémies, les lymphomes, les gliomes et les blastomes sont aussi connus sous le nom de cancer. Cependant, ce ne sont pas des carcinomes.

Une tumeur est un gonflement des tissus. Le terme seul ne dit rien sur le danger posé par un tel gonflement. Même une bosse inoffensive est une tumeur.

On ne parle d’une tumeur maligne que lorsque les ganglions tissulaires sont constitués de cellules dépourvues des caractéristiques essentielles des cellules tissulaires saines. Dans la cellule tissulaire saine, divers mécanismes sont programmés dans l’ADN qui limitent l’activité de division des cellules. Les cellules saines sont fermement ancrées dans le tissu respectif, ne peuvent pas le quitter et vieillissent à chaque division cellulaire. En modifiant l’ADN (mutations), ces mécanismes limitants sont éliminés. Une telle cellule dégénérée est capable de se diviser de manière incontrôlable et de quitter le groupe de tissus via le sang et le système lymphatique pour se développer dans d’autres organes. Ces ramifications de la tumeur d’origine sont appelées métastases.  Le cancer du poumon métastase souvent au foie, aux os et au cerveau. De plus, une cellule cancéreuse est pratiquement immortelle. Les mécanismes du vieillissement cellulaire et de la mort cellulaire sont désactivés.

Fréquence et tranches d’âge

Après les cancers plus spécifiques au sexe tels que le cancer du sein chez la femme et le cancer de la prostate chez l’homme, le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent qui affecte les deux sexes. Chaque année, environ 2800 hommes et 1900 femmes sont diagnostiqués atteints d’un cancer du poumon en Suisse. Lors du diagnostic, la majorité des patients a plus de 50 ans. L’âge médian au moment du diagnostic de la maladie est d’environ 70 ans.

Causes et risques

Par la respiration, de nombreuses substances et agents pathogènes pénètrent dans les poumons. Certaines de ces substances sont mutagènes, c’est-à-dire des substances capables de modifier le matériel génétique (ADN) de l’extérieur. Ces substances comprennent divers ingrédients de la fumée de tabac, des poussières cancérigènes telles que la poussière de bois dur et l’amiante, ainsi que certains gaz et divers polluants atmosphériques. Les personnes qui sont fréquemment exposées à ces substances sur une longue durée risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du poumon.

Le tissu pulmonaire cicatriciel, causé par des maladies et des blessures, peut favoriser le développement du cancer du poumon.

Cependant, le cancer du poumon peut également survenir chez les personnes qui n’ont jamais été exposées à de telles substances de manière significative et qui ont des poumons complètement intacts.

Tabagisme

Environ 80% à 90% des décès par cancer du poumon sont dus au tabagisme. Le risque de développer un cancer du poumon chez le fumeur augmente avec la durée et l’étendue de la consommation de cigarettes. Une carence en certaines vitamines et antioxydants est également plus fréquente chez les fumeurs, ce qui augmente aussi le risque de cancer. Un fumeur sur trente développe tôt ou tard un cancer du poumon.

De grandes quantités de substances cancérigènes pénètrent également dans les poumons chez les fumeurs passifs. Dans des circonstances défavorables, les fumeurs passifs peuvent même avoir un risque plus élevé de cancer que les fumeurs.

Après avoir cessé de fumer, les poumons peuvent se régénérer en 15 ans à tel point que le risque de cancer ne diffère guère de celui des non-fumeurs. Même ceux qui souffrent déjà d’un cancer du poumon bénéficient de l’arrêt de la cigarette. La fonction du tissu pulmonaire sain s’améliore et de nombreuses thérapies sont mieux tolérées. Il n’est donc jamais trop tard pour commencer à arrêter de fumer.

Polluants environnementaux et rayonnements ionisants

La suie du diesel et les particules fines sont parmi les substances les plus connues qui peuvent causer le cancer du poumon. Cependant, d’autres substances de l’environnement professionnel peuvent être à l’origine du cancer du poumon. En plus de l’amiante, de la poussière de bois dur et de la poussière de quartz, ce sont des minéraux artificiels et divers oxydes et poussières qui sont produits lors du soudage et du meulage à sec de métaux contenant du chrome et du nickel.

Selon l’Office fédéral de la santé publique, le radon - un gaz noble radioactif d’origine naturelle - est responsable de 200 à 300 décès par an dus au cancer du poumon. Le radon est donc la cause la plus importante de cancer du poumon après la fumée de tabac.

Facteurs génétiques

La relation de cause à effet entre hérédité et cancer du poumon reste encore incertaine. Certaines études laissent entendre qu’un regroupement familial peut se produire dans certains types de cancer du poumon. Que cette accumulation soit due au hasard ou à un défaut génétique héréditaire reste ouverte pour le moment.

Symptômes

Les cellules pulmonaires sont dépourvues de nocicepteurs. Par conséquent, même un changement tissulaire majeur n’entraîne pas de douleur. De plus, les poumons sont protégés par la cage thoracique, ce qui empêche de ressentir un changement tissulaire. Le cancer du poumon n’engendre au départ pratiquement aucun symptôme significatif. Ce n’est qu’à la fin de la maladie que des symptômes visibles se développent. Les plus courants sont:

  • Toux de plus de quatre semaines
  • Toux existante (toux du fumeur) qui change soudainement
  • Essoufflement pendant une activité légère ou au repos
  • Douleur thoracique
  • Expectorations, avec ou sans traces de sang
  • Douleurs osseuses
  • Fatigue inexpliquée et faiblesse générale
  • Perte de poids non désirée et/ou perte d’appétit
  • Fièvre sans raison claire

Certains de ces symptômes se produisent également avec d’autres maladies pulmonaires telles que la bronchite et la pneumonie. Néanmoins, si vous avez des symptômes, vous devriez consulter un médecin le plus tôt possible et chercher à identifier la maladie.

Geschrieben von

Geschrieben von

Prof. Dr. med. Dr. phil. Sacha Rothschild

Article revu par:

Prof. Dr. med. Dr. phil. Sacha Rothschild

Médecin chef oncologie Hôpital Cantonal de Baden

Autres articles sur le thème du diagnostic

Les différents stades d’évolution du cancer du poumon

Le cancer du poumon traverse différents stades, références selon la classification TNM

En savoir plus

Les différentes formes du cancer du poumon

Il y a deux sortes de cancer du poumon : le cancer bronchique non à petites cellules et le cancer bronchique à petites cellules

En savoir plus

Analyse mutationnelle dans le cas du cancer du poumon

L’analyse mutationnelle détermine les caractéristiques spécifiques d’une tumeur au niveau des gènes.

En savoir plus