En cliquant sur "Autoriser", vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser l'utilisation du site et de soutenir nos efforts de marketing. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre protection des données.

Le diagnostic du cancer du poumon

Pour déterminer le stade et le type de cancer du poumon, divers examens sont menés.

Les approches thérapeutiques modernes nécessitent une détermination précise du type et du stade de croissance de la tumeur. Mais l'état de santé général, les antécédents médicaux et le mode de vie  doivent également être pris en compte.

Examens de base

Avant la mise en œuvre de procédés techniques, une collecte minutieuse des antécédents médicaux de la personne concernée est requise (anamnèse). Dans le cadre de cette recherche, on clarifie, entre autres, à quels facteurs de risque la personne a été et est exposée, s'il y a eu des cas de cancer dans la famille et si la personne a des maladies antérieures pertinentes. L'apparition des premiers symptômes et leur évolution sont également enregistrées.

Un examen physique est ensuite effectué. Le personnel soignant écoute les poumons et palpe le corps pour sentir d’éventuels changements au niveau des tissus et déterminer la rétention d'eau ou les ganglions lymphatiques hypertrophiés. Enfin, un test sanguin renseigne sur le fonctionnement des autres organes. Dans un second temps, les méthodes d'imagerie sont utilisées.

Radiographie

La radiographie fournit la première indication d'une tumeur dans les poumons. Les tumeurs dans les zones périphériques du poumon peuvent être visualisées dès lors qu’elles dépassent quelques centimètres. Les tumeurs à l'intérieur des poumons sont moins facilement reconnaissables. Cependant, par exemple, un poumon qui n'est pas complètement dilaté est une indication indirecte d'une tumeur. Une telle anomalie peut également être vue sur une radiographie.

Tomodensitométrie (TDM)

La tomodensitométrie est une méthode radiographique spéciale dans laquelle des images radiographiques sont créées à l'aide d'une méthode en coupe transversale. Dans un deuxième temps, les images sont empilées sur l'ordinateur pour créer une image tridimensionnelle de la région corporelle examinée. La tumeur, les métastases et les ganglions lymphatiques affectés sont clairement visibles dans ce modèle 3D du corps généré par ordinateur.

Tomographie par émission de positrons (TEP)

Pour générer une tomographie par émission de positrons, une solution glucosée est injectée, à laquelle est ajoutée une petite quantité d'une substance rapidement absorbée et faiblement radioactive. Cette solution glucosée s'accumule rapidement dans les cellules avec un métabolisme accru. En plus des cellules tumorales, celles-ci comprennent également des foyers d'inflammation. Le rayonnement émis par la solution glucosée est mesuré et rendu visible grâce à un traceur. Ce procédé permet d’identifier même les plus petites tumeurs. Les tumeurs du cerveau et de la moelle épinière peuvent également être bien mieux visualisées qu'en tomodensitométrie. Cependant, comme les tumeurs et les foyers d'inflammation ne peuvent pas être identifiés par ce biais, la TEP sans scanner n'est pas le plus parlant.

Confirmation du diagnostic

Si la suspicion de cancer a été confirmée lors des examens préliminaires et des procédures d'imagerie, il est nécessaire d'effectuer une biopsie sur le tissu tumoral. À cette fin, un petit échantillon de tissu est prélevé sur la tumeur. Selon l'emplacement et la taille de la tumeur, différentes procédures sont utilisées.

Au cours de la bronchoscopie, un tube mince et flexible, équipé d’une caméra, est passé par le nez à travers la trachée jusqu’aux bronches du patient. De cette façon, on peut examiner visuellement la tumeur et retirer du tissu.

Cependant, les tumeurs situées à la périphérie du poumon ne peuvent pas être atteintes de cette manière. Dans ces cas, le tissu est prélevé depuis l'extérieur du poumon. En premier lieu, cela s’effectue au moyen d’une aiguille creuse très fine, insérée à travers la peau jusque dans les poumons afin de prélever un échantillon du tissu tumoral. Si ce procédé ne peut être utilisé,  une petite incision est effectuée entre les côtes et un instrument est inséré afin de prélever un échantillon.

L'échantillon de tissu prélevé est analysé dans un laboratoire spécial. Dans un premier temps, on vérifie si les cellules tumorales prélevées sont des cellules malignes ou bénignes. Si un cancer est détecté, le type de cancer doit alors être déterminé aussi précisément que possible à l'aide de diverses procédures d'examen et de test. Ce n'est qu'ainsi qu'une thérapie efficace adaptée à chaque tumeur pourra être mise en œuvre.

Geschrieben von

Geschrieben von

Prof. Dr. med. Alessandra Curioni-Fontecedro

Article revu par:

Prof. Dr. med. Alessandra Curioni-Fontecedro

Médecin-chef de l’unité d’oncologie du HFR Fribourg

Autres articles sur le thème du diagnostic

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

Le cancer du poumon, également appelé carcinome du poumon, est une tumeur maligne dans les poumons.

En savoir plus

Les différentes formes du cancer du poumon

Il y a deux sortes de cancer du poumon : le cancer bronchique non à petites cellules et le cancer bronchique à petites cellules

En savoir plus

Analyse mutationnelle dans le cas du cancer du poumon

L’analyse mutationnelle détermine les caractéristiques spécifiques d’une tumeur au niveau des gènes.

En savoir plus